Lauréat Parisculteur dans le 16e : Une ferme urbaine pédagogique sur les toits du collège Eugène Delacroix

86317Rendre Paris plus verte, tel est l’Objectif 100 hectares lancé en janvier dernier par l’adjointe à la mairie, Pénélope Komites. L’appel à projets international « Parisculteurs » vise à mettre des espaces à la disposition d’innovateurs du monde entier afin qu’ils réalisent des projets de végétalisation et d’agriculture urbaine. La Maire de Paris souhaite en effet développer la nature en ville et espère ainsi que la capitale comptera d’ici à 2020, 100 hectares de toits, de façades et de murs végétalisés.

Le développement de l’agriculture urbaine est un outil réel d’adaptation au réchauffement climatique et constitue l’une des réponses concrètes pour lutter contre les impacts des gaz à effet de serre. En effet, la végétation permet, particulièrement en ville, d’absorber les émissions de CO2 et de préserver la biodiversité. Si, en plus, elle produit des fruits et légumes, on diminue les transports, donc les émissions de gaz à effet de serre.

De plus, ces jardins sont aussi une solution pour apporter du lien social dans les quartiers. Que cela soit pour s’approprier son alimentation ou pour éduquer les enfants, ces projets doivent ainsi permettre aux urbains de réinvestir leur ville par la nature. Autant de raisons qui poussent Paris à se verdir pour apporter une réponse aux enjeux climatiques, alimentaires et sociaux de demain.

La première promotion des « Parisculteurs » a donc été dévoilée : 33 sites de la capitale seront ainsi consacrés à l’agriculture urbaine et à la végétalisation. 5,5 hectares sont ainsi mis à disposition par la Ville et ses partenaires. Les projets lauréats sont exposés au Pavillon de l’Arsenal jusqu’au 28 novembre. Une seconde promotion de « Parisculteurs » sera également lancée l’an prochain.

Le lauréat du 16e arrondissement de Paris est une ferme urbaine pédagogique sur les deux toits-terrasses du collège Eugène Delacroix (13-15 Rue Eugène Delacroix, 75116 Paris). Près de 1 200m² de surface exploitable et bénéficiant d’une excellente exposition proposeront un système de culture aéroponique productif et réplicable. L’activité de production sera couplée à des animations et sessions pédagogiques (apprendre le cycle des plantes, jardinage et repiquage…) à destination des élèves de l’établissement. La production annuelle est estimée à 83,2 tonnes de 50 espèces de légumes, ainsi que des fleurs coupées dont 5 variétés de salade, 4 variétés de tomates, courgettes, concombres, aubergines, piments, des aromatiques (basilic, coriandre), des choux, des légumes d’hiver (chou chinois, potimarron), fraises… Cette production sera destinée principalement aux restaurants collectifs scolaires des alentours. Un tiers d’emploi équivalent temps plein sera créé par le projet.

Ce projet est porté par agripolis, entreprise dirigée par un ingénieur agro-économiste. Les 2 autres membres de l’équipe sont ingénieurs  agronomes spécialistes de l’agriculture urbaine. Elle exploite déjà 2 tours aéroponiques sur des toit-terrasses concédés par le groupe SNI/Caisse des dépôts dans le 13e et le 18e arrondissement.

Piétonnisation des Berges rive droite : une nécessité pour notre qualité de vie à long terme.

5936665_0d6aa854-3f9b-11e6-b957-ce54adfb88d4-1_1000x625

La piétonisation des voies sur berges est un projet phare du mandat d’Anne Hidalgo. Ce projet est attendu et souhaité par une large majorité de Parisiens (sondage IFOP pour le Journal du Dimanche (avril 2016) : 60% des Parisiens sont favorables à la piétonisation des berges de Seine rive droite) et s’inscrit dans le mouvement de toutes les grandes métropoles françaises et européennes qui reconquièrent les berges de fleuve et les cœurs de ville au profit des piétons et des circulations douces. Dans la droite ligne des engagements de la COP 21, ces projets d’aménagement ont pour objectifs de diminuer la place de la voiture, source majeure de pollution, et de préserver la santé de nos concitoyens.

Alors que la pollution atmosphérique tue chaque année 48 000 personnes en France, dont 2 500 à Paris et 6 500 dans la Métropole du Grand Paris, et qu’elle réduit de 2 ans l’espérance de vie des habitants de la Métropole, la Maire de Paris a rappelé que l’amélioration de la qualité de l’air est une préoccupation majeure pour une majorité de Franciliens. Et que l’un des principaux leviers est d’agir sur le trafic routier, celui-ci générant 63% de particules (dont 35% de particules fines (PM 2.5)) et 56 % d’oxyde d’azote dans Paris.

La commission qui a conduit l’enquête publique sur la piétonisation des berges entre les 8 juin et 8 juillet 2016 a remis le 9 août son rapport concluant à avis défavorable. Mais ce rapport est extrêmement partial et de parti pris. Aux études rigoureuses conduites par la ville, il oppose des commentaires et observations, non étayés ou fiabilisés par des études ou enquêtes.

La responsabilité de la Mairie vis-à-vis des Parisiens, des familles, des enfants qui grandissent dans cette ville, des personnes fragiles est de tout faire pour faire baisser la pollution à Paris. La piétonisation des voies sur berge est un projet clé pour atteindre cet objectif. Il a été construit de manière rigoureuse, dans le cadre d’une concertation. Ce projet est d’intérêt général et en rien dans l’intérêt des seuls conducteurs qui, dans le centre de Paris, rappelons-le, sont à 84% des hommes, à 64% des CSP + et qui, pour 80% du total, sont seuls dans leur voiture. C’est pourquoi, loin de renoncer à ce projet emblématique devant les conservatismes et les lobbies, la Ville de Paris a présenté au dernier Conseil de Paris une délibération permettant de poursuivre ce projet malgré l’avis défavorable de la commission d’enquête, qui n’est que consultatif. Nous ne mettrons pas en danger la santé des parisiens en retardant un projet indispensable pour poursuivre la lutte contre la pollution.

Les berges de Seine rive droite piétonnisées deviendront à leur tour, un lieu majeur pour le rayonnement, l’attractivité et de l’identité de Paris, et un nouvel espace public de 4,5 hectares améliorant ainsi la qualité de vie des habitants dans le respect du classement au patrimoine mondial de l’UNESCO de ce site.

Après accord pour une expérimentation de 6 mois par le préfet de Paris, la délibération a été adoptée à la majorité, le 26 septembre  dernier, au conseil de Paris. Les berges de Seine rive droite sont donc désormais fermées à la circulation entre le tunnel des Tuileries et le tunnel Henri IV.

Retour sur 2 ans de mandat pour les Parisiens

2ansSamedi dernier, Anne Hidalgo et son équipe donnaient rendez-vous aux Parisiennes et aux Parisiens à la Canopée des Halles, pour une après-midi d’échanges sur les réalisations de leur deuxième année de mandat.

Ppur que vive la démocratie locale et plutôt qu’un grand discours, une série de stands permettaient à chacun de s’informer sur les grands projets, autour des thèmes « Paris pour grandir », « Paris ville intelligente », « Paris pour le Climat », « Réinventer Paris », « Paris propre », « Participer à Paris », « Paris solidaire », « Paris 2016-2024 », ou encore sur la « Carte citoyenne ».

Retrouver le compte rendu des 2 ans de mandat de la Mairie et des élus municipaux.

Le débat s’ouvre aussi sur Internet, grâce à un dispositif digital innovant.

Une plateforme collaborative est aussi expérimentée en ligne. Elle permet aux Parisiens de publier des questions à l’attention d’Anne Hidalgo et de ses adjoints, et de voter pour les questions qui leur semblent les plus pertinentes. Les élus adresseront ensuite leurs réponses. Cet espace numérique restera ouvert tout au long de la semaine.

Une Ile-de-France humaine

12088362_965513683512534_6789675413361369040_nUne Ile-de-France humaine, c’est une région qui met les Franciliennes et les Franciliens au cœur de chacune de ses décisions. Je souhaite que cette belle campagne soit la vôtre et que chacun puisse s’engager et afficher son soutien. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à mon équipe de diffuser largement les outils de l’action. Prenez-en possession et réussissons, ensemble, à faire gagner la gauche les 6 et 13 décembre prochain !

Claude Bartolone

Retrouver le projet de Claude Bartolone pour une Ile de France humaine.

Retour sur 1 an de mandat au service des Parisiens

Visuel-Compte-rendu-de-mandat-de-la-Maire-de-Paris_LONG-200x200

Le 5 avril 2014, Anne Hidalgo était élu Maire de Paris, un an plus tard, de nombreux engagements ont été tenus ou lancés par son équipe respectant ainsi la parole donnée lors de la campagne municipale.

Depuis un an, beaucoup d’engagements ont donc déjà été réalisés. D’ici 2020, 10 milliards d’euros seront investis pour les Parisiens, conformément au Plan d’investissement de la mandature.

 

1 – Priorité au logement : 10 000 nouveaux logements par an

 

– Paris a signé avec les acteurs publics et privés un pacte pour le financement et la production de 10 000 logements par an, dont 7 000 logements sociaux chaque année, mieux équilibrés entre l’est et l’ouest. Une réforme de l’attribution des logements sociaux permet davantage de transparence, en adoptant un système de cotation par points (le «« scoring »).

– 200.000 m² de bureaux obsolètes seront transformés en habitation. La RATP et la SNCF libèreront des terrains pour construire de nouveaux logements.

– Les meublés touristiques sont mieux contrôlés afin que leur développement ne nuise pas au logement des Parisiens.

– Dans le cadre de la transition écologique, Paris engage la rénovation thermique de 1 000 bâtiments parmi les plus énergivores.

– Le dispositif « Multiloc » incite les propriétaires à louer des appartements vacants afin de soutenir l’offre de logement destinée à la classe moyenne.

 

2 – Lutte contre la pollution : sortir du diesel d’ici 2020

 

Anne Hidalgo et son équipe ont fait de la lutte contre la pollution de l’air une priorité de la mandature, car c’est un enjeu majeur de santé publique. A Paris, le trafic routier est le principal émetteur de polluants atmosphériques. Si de nombreuses mesures ont été prises depuis 2001, Anne Hidalgo souhaite aujourd’hui aller plus loin et vite. Le plan de lutte contre la pollution est à la fois progressif et incitatif. Il permet notamment :

– la restriction de la circulation des véhicules polluants afin de faire de Paris une zone à basses émissions. A terme, les véhicules les plus polluants seront interdits.

– des aides financières pour les particuliers et les professionnels pour l’achat d’un véhicule propre.

– une aide financière pour l’achat d’un vélo ou d’un vélo à assistance électrique, Réductions sur l’abonnement à Autolib’ (également valable pour les jeunes de moins de 25 ans ayant eu leur permis depuis moins d’un an).

– le stationnement en surface gratuit pour les véhicules électriques ou hybrides.

 

3 – Développer l’attractivité de Paris

 

Paris est la 3ème ville la plus attractive économiquement au monde et la 1ère pour le tourisme.

Pour encore renforcer son attractivité, pour créer davantage de dynamisme, d’emplois et d’innovations, Anne Hidalgo a lancé un appel à projets innovants concernant 23 sites parisiens. Cette initiative inédite est un succès puisque 815 équipes du monde entier ont déposé un projet pour faire de Paris la capitale mondiale de l’innovation architecturale, numérique ou encore artistique.

La municipalité soutient par ailleurs de nombreux incubateurs pour développer la création dans le domaine du sport, du tourisme, des nouvelles technologies ou encore de la santé. La plateforme «My Startup Paris» regroupe déjà 3 000 start-up et 36 incubateurs en Île-de-France.

 

4 – Notre grande cause : prendre en charge les plus démunis

 

Parce que trop de personnes vivent aujourd’hui dans la rue ou dans une grande précarité, Paris a décrété grande cause de la mandature la lutte contre la grande exclusion, la précarité et la misère. Une concertation avec tous les acteurs a abouti à un Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion, plan d’action partenarial pour la période 2015-2020 comportant 106 engagements. Parmi les plus importants :

– Repérage des situations à risque pour éviter les expulsions

– Relogement rapide des femmes victimes de violence et des familles avec enfants hébergées à l’hôtel

– Coordination des maraudes dans chaque arrondissement, en prenant en compte les problématiques psychiatriques et de toxicomanie

– Doublement des restaurants solidaires et développement des bagageries

– Renforcement des consultations médicales de rue et des permanences juridiques

– Création de haltes de nuit , alternatives aux centres d’hébergement classique

– Accompagnement durable vers l’emploi  des personnes les plus fragiles…

 

 

Découvrez aussi  intégralité des mesures prises en :

Téléchargeant le le dossier de presse du compte rendu de mandat