Connaissez-vous l’histoire du 16e ?

Jusqu’au milieu du XIXe siècle le territoire de l’actuel 16e arrondissement, était constitué de plusieurs villages extérieurs à la capitale .

Du VIIe au XIIe siècle

Au VIIe siècle existent sur la rive droite de la Seine, du quartier de Chaillot actuel à Boulogne, une forêt du nom de Rouvray et un village du nom de Nimio. L’évêque du Mans, saint Bertram, possède le domaine et une villa. À sa mort en 623, conformément à son testament, l’ensemble de son domaine (dont le village de Nimio, renommé depuis Nijon) est légué, avec les vignes afférentes, au diocèse de Paris. Il y précise que ses vignes sont situées dans un lieu, Fontanitum, où existent de petites sources. Avec le temps, les habitants de Nimio se séparent. Une partie va vers les sources et les marais, formant ainsi le village d’Auteuil (du latin altus et -ialo, haut-lieu). Les autres se rapprochent de Paris, là où une partie de la forêt de Rouvray (renommée depuis « bois de Boulogne ») avait été abattue, formant le village de Chaillot (dérivant a priori de Chal ou Chail, signifiant destruction d’arbres). Ces deux villages dépendent de deux paroisses distinctes, puis celle d’Auteuil, trop étendue, est divisée entre Auteuil et Passy.

Avant le xIe siècle, on ne trouve aucune référence aux noms actuels des quartiers de l’arrondissement (Passy, Auteuil, Chaillot). Et si l’arrondissement avait bien trois paroisses distinctes, il n’y a toujours eu, en termes administratifs, que deux villages : Auteuil et Passy. Chaillot apparaissait en effet comme un faubourg de Paris. Pour Auteuil, il faut attendre 1192 pour que le nouveau village ait une structure de village avec une paroisse. En 1109 déjà, les abbés Génofains d’Auteuil avaient échangé leurs terres normandes contre les terres d’Auteuil, alors possédées par les abbés de Notre-Dame-du-Bec au Bec Hellouin. Le nom de Passy (Passicium ou Paciacum), apparaît pour la première fois dans une charte en 1250. Le premier seigneur de Passy fut Jeanne de Paillard en 1416.

Du xIIe siècle à la Révolution française, le périmètre de l’actuel arrondissement constitue un coin de verdure tranquille avec des vignes et de la forêt, tout à la fois loin de l’urbanisme et du bruit ambiant et très près par la distance.

Du xvIIe siècle à l’intégration à Paris en 1860
Modifier
Le territoire de l’actuel arrondissement correspond à trois anciens villages

Chaillot
Modifier
En 1627, Louis XIII transfère la Manufacture royale de tapis, créée par Henri IV, du Louvre à l’actuel emplacement du Palais de Tokyodans une ancienne fabrique de savon, d’où son nom de manufacture de la Savonnerie conservé depuis son déplacement en 1826 dans le quartier des Gobelins. En 1702, Chaillot, 2 000 habitants à ce moment-là, devient officiellement un faubourg de Paris appelé Faubourg de la Conférence, sur une décision de Louis XIV puis est englobé dans le territoire de la capitale par le mur des fermiers généraux.

Passy
Modifier
Le village de Passy était principalement composé :

du château de Boulainvilliers (nom adopté à partir de 1747). Ce domaine allait de l’actuelle maison de la Radio jusqu’à l’avenue Mozart. C’est au banquier Samuel Bernard que l’on doit les dimensions du domaine de Boulainvilliers.
de la plaine de Passy. Ce territoire compris entre les actuelles avenues de la Grande Armée, Kléber, les rues de Longchamp, Spontini et Pergolèse faisait partie avant 1789 du terroir de Chaillot et fut rattaché à la commune de Passy en 1790. Cette plaine où de nombreux moulins à vent fonctionnèrent jusqu’au xixe siècle fut lotie en 1825.
d’un domaine descendant jusqu’à la Seine où l’on pouvait y admirer l’hôtel de Lamballe, siège de l’actuelle ambassade de Turquie.
Claude Chahu, Seigneur de Passy, financier et conseiller du roi, fit ériger une chapelle en 1666, Notre-Dame-de-Grâce, qui devint une paroisse indépendante en 1672. Le marquis de Boulainvilliers en fut le dernier seigneur.

Le mur des fermiers généraux construit de 1785 à 1789, dont le tracé correspond à l’actuelle avenue Kléber, à la place du Trocadéro jusqu’à la limite sud des jardins du Trocadéro et à l’avenue de New-York entre les rues Le Nôtre et Beethoven, sépara la ville de Paris intégrant le village de Chaillot, de Passy qui devint une commune à partir de 1790. Cette enceinte fiscale comprenait plusieurs barrières à péage, les principales étant celles de l’Étoile et de Passy aussi appelée barrière de la Conférence

Auteuil
Modifier
De 1109 à la Révolution, les moines entretiennent les terres et font don du vin issu des vignes à l’évêque de Paris. Le village d’Auteuil est très tôt apparu comme un lieu paisible en comparaison de Paris, ville bruyante et peu agréable à vivre. Boileau et Molière furent parmi les premières personnalités à s’y installer. Dès lors, Racine, La Fontaine, Lully, La Bruyère et d’autres fréquentent le salon de Molière. Plus tard, Anne-Catherine de Ligniville Helvétius tient à Auteuil un salon très réputé auprès des nombreux écrivains et intellectuels de Paris au xviiie siècle. Diderot, d’Alembert, Condillac, Malesherbes, Turgot et bien d’autres y défilent.

Les sources
Modifier
L’existence de sources thermales a joué un rôle dans le développement des villages de Passy et Auteuil. En 1650, on trouve une première source d’eau aux vertus curatives reconnues par le corps médical à Passy. On en trouva d’autres à Auteuil. Les sources furent exploitées pour des cures thermales particulièrement à Passy au xviiie siècle et jusqu’au milieu du xixe siècle. Celles d’Auteuil, bien que moins importantes, durèrent jusqu’en 1925 pour certaines. Aujourd’hui subsiste encore l’ancien puits artésien du square Lamartine.

L’intégration des villages dans Paris
Modifier
Plaque commémorant la création du XVIe arrondissement
Avec Napoléon III et le baron Haussmann, les villages d’Auteuil et Passy ainsi que Chaillot (appartenant à l’ancien 1er arrondissement) vont être définitivement intégrés à la ville de Paris en 1860, à la suite de la loi du 16 juin 1859. Le mur des Fermiers généraux qui séparait l’actuel 16e arrondissement du reste de Paris est ensuite abattu. La place de l’Étoile a finalement 12 embranchements. Les grandes avenues sont élargies à l’instar de l’avenue de Saint-Cloud, actuelle avenue Victor-Hugo, (+ 36 m de large) ou de l’avenue du Roi de Rome, actuelle avenue Kléber, ou de l’avenue d’Iéna. Auteuil est désenclavé grâce à l’ouverture de l’avenue Mozart, pour être relié au village Passy, et de la rue Michel-Ange, pour être relié à la porte de Saint-Cloud. Les grands domaines disparaissent. Seuls quelques hôtels particuliers, villas (villa Molitor, villa Mozart, villa Boileau, villa Erlanger, villa George-Sand, villa Eugène Manuel, villa de Beauséjour) et voies privées demeurent, signe d’un temps révolu.