16e : Du nouveau coté logement

16e : Du nouveau coté logement

AUTEUILTout au long de sa campagne et depuis son élection Anne Hidalgo a fait du logement sa priorité. Elle consacre 2,5 milliards d’investissement au cours de sa mandature afin d’atteindre 25% de logements sociaux en 2025 (puis 30% en 2030) sans pour autant exclure les classes moyennes, pour lesquelles la maire de Paris veut mettre en place le « logement intermédiaire » et renforcer ainsi la mixité sociale.

C’est dans cet état d’esprit que conformément à nos engagements de campagne, cette politique est appliquée dans le 16e arrondissement. Pour ce faire, nous déployons l’ensemble  des outils disponibles pour atteindre cet objectif. A savoir :

1/ Construction de logements :

 

Rappelons tout d’abord que c’est environ 4 400 résidents du 16e qui sont en attente d’un logement social, et que le 16e arrondissement n’en compte que 3,7 %. De plus, afin d’obtenir la mixité sociale des constructions sont nécessaires dans les arrondissements de l’ouest parisien car celui-ci est très déficitaire en logements sociaux par rapport à l’est comme le relevé déjà un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) d’Ile-de-France. Dans ses conditions, un rééquilibrage géographique est donc nécessaire en construisant, dans notre arrondissement, une offre de logements de qualités accessibles notamment aux aides-soignants, aux infirmières, aux policiers, aux caissières, aux cadres intermédiaires, aux jeunes actifs… ainsi qu’aux personnes en difficultés financières. Découvrez 5 programmes de logements sociaux qui illustrent les multiples façons de renforcer cette offre.

D’autres chantiers sont en cours dont un des plus important est celui de la gare d’Auteuil qui va finalement voir le jour malgré l’opposition du Député-Maire du 16e finançant sur sa réserve parlementaire certaines associations de riverains bloquant ainsi, par des recours abusifs, ce projet architecturale. Ce projet constitue un seul et même programme mais avec 4 architectes différents (A. Démians, R. Riccoti, F. Soler, F. Geipel) et se compose donc de 4 bâtiments distincts aérés et librement disposé dans la continuité de la coulé verte. Il comprendra 176 logements sociaux et 166 en accès à la propriété privés. A ceux-ci s’ajoute un parc « habité » conçu par le paysagiste Louis Benech, une crèche (66 places), une bibliothèque et des parkings. Pour avoir un aperçu de ces constructions, vous pouvez vous rendre sur le site des architectes pour y voir les photos et la très belle vidéo.

 2/ Conventionnement de logements

 

La construction pouvant donc être parfois longue, la ville de Paris utilise d’autre moyen et va ainsi conventionner 3 000 logements dont 1 622 logements situés dans le 16e arrondissement. En effet, en complément de son activité de construction et en raison de la rareté du foncier sur Paris, les offices HLM sont amenés à acquérir des immeubles déjà occupés. Cette démarche permet également de développer le logement social dans les arrondissements où il est encore faiblement implanté. La démarche présente un double intérêt: «créer » du logement social à moindre frais et «moraliser » le parc social.
Le conventionnement permettra lors du départ des locataires actuels d’attribuer ces logements à des ménages répondant aux critères de ressources définis par la loi SRU. Il permettra également de conduire des enquêtes sociales sur les actuels occupants, éviter les abus et éventuellement de faire partir ceux qui gagneraient plus de deux fois le montant du plafond de ressources autorisé. Au fur et à mesure de la rotation naturelle de ces immeubles (moyenne de 14 %), les logements sont attribués à des demandeurs de logements sociaux.

3/ Création du dispositif « Multiloc »

 

Toujours dans un esprit de mixité sociale, la ville va lancer le dispositif « Multiloc » pour le logement des classes moyennes. Un constat s’impose, bon nombre d’appartements sont vacants dans la capitale (et principalement dans les quartiers les plus huppés). Cela s’explique notamment par la crainte des propriétaires de s’engager dans un bail. En conséquence, au prochain conseil de Paris, sera présenté un dispositif inédit permettant de remettre sur le marché des milliers de logements vacants. L’objectif de « Multiloc » est donc de capter cette vacance en sécurisant les propriétaires. Pour ce faire, une remise en état du logement ainsi qu’une garantie  de loyers leurs seront proposées en échange d’une location à un loyer inférieur d’au moins 20% au loyer médian du quartier. Ce dispositif enrichira l’offre de logements accessibles dans le parc privé.

 4/ Encadrement des loyers

 

Enfin, afin de limiter le coût exorbitant des loyers, Paris va mettre en place l’encadrement des loyers « à titre expérimental ». En effet, la ville s’est dotée, d’un Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne (OLAP), officiellement agréé, depuis le 26 décembre 2014, par le ministère du Logement pour déterminer les montants des loyers de référence nécessaires à l’application effective de la mesure. Cet organisme dispose de données pour 80 quartiers de Paris qui vont lui permettre de regrouper ces quartiers par niveaux de loyer et aboutir à un découpage de Paris en 14 zones de loyers homogènes. Le dispositif d’encadrement des loyers prévoit, à l’échelle de chaque quartier, que lors de la signature d’un nouveau bail, le loyer d’un logement ne puisse excéder de 20% le loyer médian calculé par l’OLAP.

Avec ces différentes politiques, nous refusons la fatalité du marché qui génère des prix prohibitifs pour nombre de Parisien. Nous favorisons ainsi une meilleure qualité de vie et un vivre ensemble plus harmonieux.